Série « passer la frontière », ép. 3 : les formalités frontalières dans l’Égypte ramesside

Karnak, Séthi Ier. Epigraphic Survey, OIP 107, pl. XV, c. (Oriental Institute, Chicago)

Restons sur la frontière nord-orientale de l’Égypte pour ce troisième épisode de notre série « passer la frontière ». Au premier épisode, Sinouhé, le héros de conte, fuyait l’Égypte en passant par le ouadi Toumilat, l’un des deux principaux points d’entrée et de sortie de l’Égypte sur le flanc oriental du Delta (fig. 1). Si la ou les forteresses appelée(s) « le(s) mur(s) du prince » auxquels il est fait allusion dans ce conte n’ont jamais été identifiés sur le terrain, en revanche, on connaît mieux les dispositifs mis en place à cet endroit au Nouvel Empire. C’est dans cette région, désormais nommée Tjékou dans les textes égyptiens – ce nom est sans doute d’origine sémitique – que se situe l’un des postes-frontières de l’Égypte : le khetem de Tjékou. Le poste-frontière de Tjarou, évoqué dans l’épisode 2, appartenait au même type de ville fortifiée.

Fig. 1 – Le ouadi Toumilat et le fond du golfe de Suez

C’est de ce poste-frontière, qui correspond au site archéologique de Tell el-Rétabah fouillé épisodiquement dès la fin du XIXe siècle, puis à nouveau de manière plus approfondie depuis 2007 par une équipe polono-slovaque (dir. S. Rzepka et J. Hudec), dont il est question dans le papyrus Anastasi VI (British Museum 10245). Ce document, datant de la fin de la XIXe dynastie (copie sous Séthi II mais possible composition sous Mérenptah, v. 1213-1198 av. J.-C.) appartient à la catégorie des « miscellanées » : ce sont des recueils de textes de différentes natures (hymnes royaux, lettres administratives, éloges de la ville, etc.) compilés par des scribes de haut niveau. Les lettres qui y sont copiés sont sans doute des copies de documents véritables, disponibles dans l’administration d’origine des scribes qui ont compilé ces textes (ou au minimum, des compositions s’inspirant étroitement des originaux, puisque le but était de refléter l’activité du scribe).

Dans le papyrus Anastasi VI donc, une lettre adressée par le scribe Inena à son supérieur le scribe du Trésor Qageb, est destinée à l’informer de l’entrée de populations nomades en Égypte par le poste-frontière (khetem) de Tjékou et de la réalisation des procédures de contrôle adéquates en cette occasion (sont indiquées en italique et entre parenthèses les informations nécessaires à la compréhension du texte par les non-spécialistes) :

« Autre communication pour mon maître : nous avons fini de faire passer les tribus Shasou d’Edom (par) le poste-frontière de Mérenptah (c’est le nom du roi) qui est dans la région de Tjékou, vers les étangs du domaine d’Atoum (dieu de la région) de Mérenptah qui est dans la région de Tjékou, afin qu’ils se nourrissent et que leurs troupeaux se nourrissent, grâce au ka (force vitale) de Pharaon – vie, santé force ! –, le beau soleil de toute terre, en l’an 8, les cinq jours [épagomènes : la naissance] de Seth (jours supplémentaires rajoutés à la fin de l’année de 360 jours égyptienne). Je les ai faits apporter dans un document en colonne (?) jusqu’à l’endroit où est mon maître, ainsi que les autres noms des jours où on passe le poste-frontière de Mérenptah, qui est dans la région de Tjékou. »

Cette lettre résume les principales informations nécessaires à son destinataire : identité des entrants, date de leur arrivée, motif de leur venue en Égypte et destination. Elle accompagnait le document mentionné à la fin du passage, une liste plus détaillée où ces renseignements étaient disposés « en colonnes » ou « en sections ». Le scribe précise non seulement qu’il a noté l’identité de chaque tribu ou de chaque membre de ces tribus (le texte n’est pas clair), en répertoriant leur nom sous forme de liste, mais il indique aussi à son supérieur l’ethnique de ces groupes : « des tribus Shasou d’Edom ».

Cette dernière précision illustre la compétence du personnel du poste-frontière, à même de reconnaître l’appartenance ethnique des individus et groupes passant la frontière, ou bien indique que ce groupe a été interrogé pour obtenir des renseignements sur son origine exacte. Ces Shasou d’Edom sont des nomades ou semi-nomades originaires du sud de la Transjordanie et du Négev central. Le fait de laisser pénétrer en Égypte ces nomades ou semi-nomades pour qu’ils puissent abreuver leurs troupeaux est présenté comme une grande faveur par le rédacteur de la lettre, preuve de la magnanimité du roi, et de la situation peu enviable dans laquelle était forcément, dans l’esprit égyptien, ce type de population. On peut d’ailleurs se demander si ce genre d’incise était mentionnée dans les documents de la pratique, ou bien si elle a été introduite ici à des fins idéologiques, répondant au genre de texte que constituent les miscellanées.
La zone vers laquelle ces Shasou d’Édom sont autorisés à se rendre se situait dans la partie occidentale du Ouadi Toumilat : il s’agit de lacs situés à proximité immédiate du poste-frontière. Celui-ci , à l’époque de la composition du texte, consiste en un établissement fortifié d’une surface d’environ 366 x 183 m, entouré d’un mur épais de 3 à 4m, construit au début de la XIXe dynastie, mais qui devait être en mauvais état, puisque des inhumations furent réalisées par endroit sur ses décombres. Le poste-frontière est élargi et renforcé avec la construction d’un nouveau mur d’enceinte quelques temps plus tard sous le règne de Ramsès III (1187-1157 av. J.-C.) (voir les rapports de fouilles détaillés de l’équipe de S. Rzepka et J. Hudec régulièrement publiés dans la revue Egypt and the Levant/ Ägypten und Levante).

L’établissement de contrôles stricts par les Égyptiens, tels qu’ils sont relatés dans ce texte, devait, sans l’interdire, ralentir significativement les mouvements des tribus de pasteurs nomades. Signe de l’ambiguïté souvent constatée dans les rapports entre sédentaires agriculteurs et nomades pasteurs, des Shasou étaient aussi employés par les Égyptiens comme bergers à partir du Moyen Empire au moins. Mais c’est aussi contre eux que se battait Séthi Ier au début de son règne, sans doute pour sécuriser les routes d’échange, comme signalé dans l’épisode 2.
Les formalités imposées à ces pasteurs Shasou ne constituent pas un fait nouveau, propre au Nouvel Empire. Un texte littéraire composé au Moyen Empire, la prophétie de Néferty, indique déjà l’existence d’un tel dispositif de contrôle du passage des bédouins et de leurs troupeaux, au niveau des « Murs du prince », déjà mentionnés dans le conte de Sinouhé, comme nous l’avons rappelé plus haut :

« On construira les Murs-du-prince-v.s.f., (pour) ne pas permettre que les Asiatiques descendent en Égypte. Ils demanderont l’eau, selon la manière habituelle pour faire boire leur bétail. » (papyrus St-Petersbourg 66-68)

Si les pasteurs asiatiques accédaient librement aux branches du Nil lors des périodes d’anarchie, ils doivent, lorsque l’État égyptien est stable, demander l’autorisation pour pénétrer sur le territoire afin d’abreuver leurs bêtes.

La lettre du papyrus Anastasi VI témoigne également de la transmission aux autorités centrales des listes dressées lors des opérations de passage de la frontière, ici vraisemblablement au département du Trésor puisqu’Inéna et son « patron », le scribe du Trésor Qageb, appartiennent à cette institution. Pourquoi cette transmission de document et d’informations? S’agissait-il de tenir à jour un recensement des groupes d’étrangers présents en Égypte ? Et à quelles fins ? Un autre document était-il dressé lorsque ces tribus repassaient le poste-frontière dans l’autre sens?

Le papyrus Anastasi VI livre donc un rare aperçu des procédures frontalières en vigueur sur la frontière nord-orientale de l’Égypte à l’époque pharaonique. Un seul autre texte, copié lui aussi dans un recueil de miscellanées (papyrus Anastasi III), nous permet d’en connaître davantage : c’est le « journal d’un officier de frontière », qui date de la même époque et auquel nous consacrerons un autre épisode.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.