Workshop « Administration et économie des zones frontalières du delta égyptien de l’Antiquité au Moyen-Âge » le 7 mai 2013 à l’IFAO

Workshop Administration and Economy of the margin and borders of the Nile Delta from Antiquity to Middle Ages – 7th of May 2013, IFAO, Cairo

Programme

Organisation : Cl. Somaglino, K. Blouin, S. Dhennin

Dans le cadre des programmes de recherche de l’Ifao « Définition et exploitation de la marge et de la frontière en Égypte de l’Antiquité au Moyen-Âge » et « Mefkat, Kôm Abou Billou et la frange du désert libyque », une première rencontre se déroulera au Caire le 7 mai 2013. Elle sera consacrée à l’étude des marges et frontières d’un espace aux délimitations floues et changeantes, le Delta, pour lequel la problématique de la liminalité se pose avec plus de force que pour d’autres portions de l’espace égyptien. Zone environnementale complexe et hétérogène qui fut occupée, exploitée et traversée dès l’époque prédynastique, le Delta du Nil apparaît comme un espace économique d’autant plus stratégique que les frontières septentrionales du pays ont toujours été les plus menacées.

La journée d’étude aura pour but d’analyser plus particulièrement l’administration et la mise en valeur économique des marges et zones frontalières du delta égyptien : ces espaces font-ils l’objet d’un traitement spécifique de la part du pouvoir central, par rapport aux autres types d’espaces ? Quels sont les fonctionnaires qui en ont la charge ? En bref, y met-on en place des « mailles extraordinaires de la gestion territoriale »[1], à même de prendre en compte leur position stratégique ? Si cela est patent durant certaines périodes (on pensera par exemple au Nouvel Empire durant l’époque pharaonique), ce point reste à éclaircir pour d’autres. De même, quelles sont les relations entre pouvoir central et pouvoirs locaux ? La prise en compte de différentes échelles d’analyse est alors essentielle pour percevoir les écarts entre discours officiel et mise en application concrète sur le terrain. De même, on pourra s’interroger sur la politique développée dans ces espaces pour les périodes durant lesquelles l’Égypte n’est pas indépendante, mais constitue une province d’un empire plus vaste.

La question de la gestion économique de ces territoires est quant à elle étroitement liée à la question administrative. On pourra se demander si la mise en valeur agricole des marges du Delta est différenciée par rapport à celle du reste de la région, tant au niveau des types de terres et de cultures ou d’élevage, que de leur mode de gestion, ou encore du personnel employé (toujours pour reprendre l’exemple du Nouvel Empire, on note au nord-est du Delta, dans la région de Tjarou, le développement de la viticulture). La question de la mise en valeur agricole comme mode de gestion et d’appropriation des marges est ici particulièrement importante.

Les zones frontalières constituaient aussi potentiellement des espaces d’échanges, où étaient implantés ports, postes-frontières ou villes-étapes, ces différentes fonctions pouvant parfois être assumées par le même établissement. L’évolution des routes d’échanges, incluant aménagement et entretien de voies navigables et de routes contribue d’ailleurs à fortement modeler les implantations dans ces zones frontalières. Au prédynastique, un ensemble de sites se développent au nord-est du Delta, en relation avec la route terrestre menant en Syrie-Palestine, où des installations égyptiennes étaient implantées. Lorsque la fréquentation de cette route se fit moins intense, en raison de l’arrêt de la colonisation égyptienne en Palestine, et peut-être à cause de l’utilisation de la route maritime, un certain nombre de ces sites sont abandonnés. On note également que le creusement d’un canal durant la XXVIe dynastie dans le ouadi Toumilat, à l’est du Delta, changea la géographie des implantations urbaines de la région.

La question de la gestion de la frange côtière méditerranéenne suscitera un intérêt spécifique. Les zones côtières constituent toujours un type particulier d’espace frontalier, la seule frontière qui puisse d’ailleurs être réellement qualifiée de « naturelle ». C’est un espace nécessitant une mise en valeur spécifique, et dont le développement – en particulier dans le milieu méditerranéen – nécessite généralement l’implication de l’État[2]. La gestion de cette zone côtière est souvent difficile à appréhender pour l’Égypte, en particulier pour les périodes les plus anciennes (avant la Basse-Époque), d’autant que l’évolution du tracé du trait de côte et des branches du Delta est globalement mal connue et changeante. Si la connaissance de plusieurs sites côtiers importants s’est beaucoup améliorée ces vingt dernières années, de nombreux sites restent encore peu ou pas explorés – on pensera à Tell Abou Mandour près de Rosette –, et l’appréhension globale du fonctionnement de ce littoral reste complexe.

Les interventions se feront sous la forme de présentations d’environ 20 à 25 minutes, et seront chacune suivies d’une discussion de 10 à 15 minutes, l’objectif étant de susciter au maximum les échanges entre les participants. A la fin de la journée, une session plénière visera à synthétiser les résultats des interventions et débats, ainsi qu’à réfléchir aux pistes et problématiques à approfondir dans le cadre du programme de recherches « Marges et frontières » et pour de prochaines rencontres.


[1] H. Théry, R. Brunet, in R. Brunet et al., Les Mots de la géographie, 1996, p. 318, s.v. « Marche ».

[2] P. Toubert, dans J.-M. Martin (éd.), Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen-Âge, Castrum 7, 2001, p. 1-8.

Workshop Economy and administration of the margin and borders of the Egyptian Delta from Antiquity to Middle Ages – 7th of May 2013, IFAO

Organization : Cl. Somaglino, K. Blouin, S. Dhennin

In the context of the Ifao research programs ‘Definition and exploitation Egypt’s margins and frontiers from antiquity to the Middle Ages’, and « Mefkat, Kôm Abou Billou and the fringe of the Libyan Desert », a first workshop will take place in Cairo on the 7th of May 2013. The Nile Delta is a space endowed with blurry and fluctuating borders, where the problem of liminality is significantly more acute than in other Egyptian areas. This environmentally complex and heterogeneous region, which was occupied, exploited, and crossed as soon as the predynastic, was indeed all the more a strategic that it hosted Egypt’s northern – and hence most vulnerable – borders.

This year’s workshop will focus on the administration and economic valorization of the Nile Delta’s margins and borders: Were these spaces subject to a specific treatment by central authorities ? What officials were in charge of them ? In short, was there any implementation of ‘extraordinary stitches of territorial management’[i] adapted to the region’s strategic position ? If such initiatives are well documented at times (it is for instance the case during the New Kingdom), the situation needs to be clarified when it comes to other chronological contexts. The same goes regarding the issue of the relationships between central and local power structures. In this context, taking into account the different scales of analysis helps illuminate the discrepancies between official discourses and actual strategies on the ground. Furthermore, it is important to reflect on the articulation of such politics during the periods when Egypt was not independant, but rather a province belonging to a wider empire, whose capital was located outside of Egypt.

Economic management is closely linked to administrative practices. One could wonder whether the agricultural economy of the deltaic margins was different from that prevailing elsewhere in the region, with regards to land typology, food production activities, agrarian management, and staff employed (to come back on the case of the New Kingdom, viticulture is documented in the north-eastern Delta, in the region of Tjaru). The question of the role of agricultural valorization when it comes to the management and appropriation of the deltaic margins is on this matter particularly key.

Frontier zones were also potential spaces of exchanges, where harbours, border posts, or stopover towns were founded, with all above mentioned functions being often assumed by the same settlement. The evolution of exchange roads, including the development and maintainance of waterways and land roads, played a key role in modelling occupation patterns in these liminal areas. In the predynastic period, sites appear in the north-eastern Delta in the context of the land route linking Egypt to Syria-Palestine, where Egyptian settlements were founded. When, following the end of Egyptian colonisation in Palestine and, perhaps also, the development of maritime transportation, these routes became less busy, some sites were abandoned. We also note the digging of a canal in the Wadi Tumilat under the XXVIth dynasty, south-east of the Delta, which longlastingly transformed the geography of urban occupation in the region.

The question of the management of the Mediterranean coastal border will also be of special interest. Coasts have always been a particular type of border spaces, the only one, in fact, which can be coined ‘natural’. Such zones require specific valorization practices, and their occupation – in particular in the context of the Mediterranean – generally necessitates state involvement[ii]. The managerial history of the Nile Delta’s coastal margins is often hard to assess, especially when it comes to more remote periods (before the Late Period), for the evolution of the coastline and of the deltaic hydrography remains in general poorly documented. While our understanding of several major coastal sites has significantly improved over the past 20 years, a great number of sites remain unexplored or only superficially documented – for instance Tell Abu Mandour, close to Rosetta, or Thmuis, in the north-eastern Delta – so that any global and diachronic understanding of littoral dynamics is a challenging task.

Papers will consist in 20 to 25 minute oral presentations, followed by a 10 to 15 minute exchange period, the objective being to allow for a maximum of discussion between participants. A plenary session aiming at synthetizing the results of the workshop and at articulating potential problems and themes to be discussed in future venues is also scheduled.


[i] H. Théry, R. Brunet, in R. Brunet et al., Les Mots de la géographie, 1996, p. 318, s.v. « Marche ».

[ii] P. Toubert, dans J.-M. Martin (éd.), Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen-Âge, Castrum 7, 2001, p. 1-8.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *