Marges et frontières

Ce programme de recherche de l’IFAO en collaboration avec Paris-Sorbonne (Paris-IV) a pour objet l’étude de la gestion administrative et économique de la frontière et de la marge en Égypte antique et médiévale, mais aussi leur analyse comme catégorie de pensée. La frontière, zone plus que ligne, barrière tout autant que passage, est un espace atypique de rencontre et de conflit dont la perception et l’organisation sont toujours différenciées. Son étude permet d’ailleurs de mieux comprendre la nature du pouvoir central, car c’est sur la périphérie que la sécurité et l’identité de l’État peuvent se trouver remises en cause. Il s’y surinvestit en conséquence, mettant en place des dispositifs spatiaux distincts.
Les zones de marges – qui correspondent d’ailleurs partiellement aux frontières – constituent également des espaces spécifiques : marécages, zones humides, semi-désertiques ou désertiques occupent une place à part dans les imaginaires et font l’objet d’une exploitation économique particulière.
Afin d’analyser plus finement l’évolution et le fonctionnement de ces espaces en Égypte, ainsi que la perception qu’en avaient le pouvoir et les populations égyptiennes, les apports de l’archéologie, des textes, de la géographie, sont considérés sur le temps long, de l’Antiquité au Moyen Âge inclus. Des enquêtes lexicographiques sur les vocables désignant la frontière, la limite et son franchissement, ainsi que sur les termes servant à nommer les zones humides, sont développées. L’étude du lexique permet en effet de comprendre quels sont les différents types de plans d’eau, de marécages ou encore de terres mises en valeur. Une gestion qui peut également être appréhendée grâce à des études prosopographiques : quels sont les fonctionnaires en charge de ces zones et quelles responsabilités recouvrent les titres qu’ils portent ? Quels liens entretiennent-ils avec le reste de l’administration ? Quelles étaient les interactions entre pouvoir central et pouvoirs locaux ?


Vous aimerez aussi...