Série « Passer la frontière », ép. 2 : Séthi Ier

Restons dans la même région qu’à l’épisode 1 : la frontière nord-orientale de l’Égypte. On se souvient que Sinouhé, héros de fiction, revient en Égypte après une vie d’exil, en franchissant la frontière dans la région dite des « Routes d’Horus ». Nous étions au Moyen Empire (c. 1980-1760 av. J.-C.). Au Nouvel Empire (1539-1077 av. J.-C.), la frontière du royaume égyptien se situe toujours dans la même région, même si le pouvoir égyptien a réalisé des conquêtes au-delà. La région des « Routes d’Horus » est à cette époque plus couramment appelée « Tjarou ». C’est une représentation, et non un texte, qui sera l’objet de notre analyse  pour ce deuxième épisode.

Le deuxième roi de la toute jeune XIXe dynastie, Séthi Ier (1290-1279 av. J.-C.), se lance dès la première année de son règne dans une série de campagnes militaires. Plusieurs textes, et surtout la représentation de ces campagnes sur le mur extérieur nord de la grande salle hypostyle du temple d’Amon-Rê à Karnak – un édifice religieux majeur à l’échelle du pays, consacré à l’une des divinités d’empire – nous renseignent sur les exploits militaires du roi. C’est dans l’une de ces scènes, consacrée à une expédition punitive contre les semi-nomades Shosou que figure l’unique représentation connue dans la documentation pharaonique d’une frontière, en l’occurrence celle qui marque la limite du territoire égyptien au nord-est du Delta, dans la région de Tjarou.

[d’après THE EPIGRAPHIC SURVEY, The Battle Reliefs of Sety I, OIP 107/4, 1986, pl. 2 et J.-Fr. Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie, 1845, pl. ccxcii]

Cette campagne conduit le roi entre Tjarou, sur la frange nord-orientale du Delta égyptien, qui marque la frontière du royaume, et le sud de la Palestine, à Gaza. C’est l’arrivée du roi au poste-frontière égyptien (khetem) de Tjarou, au retour des combats, qui est figuré sur le relief.

La représentation est sans équivoque. D’un côté, Pharaon conduit son char, précédé et suivi des prisonniers capturés durant la campagne ; de l’autre et lui faisant face, des dignitaires égyptiens lui rendent hommage. Entre les deux groupes se trouve un ensemble constitué du poste-frontière de Tjarou et d’une voie d’eau nommée « Celle-qui-divise », qui opère une césure très nette dans l’espace figuratif, séparation que l’on ne retrouve pas ailleurs dans les représentations de cette campagne. Cette césure est d’autant plus nette que des crocodiles apparaissent dans ce bras d’eau. Familiers des eaux de la région, ils contribuent à protéger métaphoriquement la frontière contre les forces extérieures néfastes ou en tout cas à symboliser les moyens mis en œuvre par les Égyptiens pour protéger leur frontière. Le pharaon lui-même pouvait parfois être comparé à un crocodile, et Diodore de Sicile, quelques siècles plus tard, n’indiquait-il pas que les crocodiles constituaient l’une des meilleures défenses de l’Égypte contre les ennemis étrangers qui cherchaient à envahir le Delta (Bibliothèque historique I, 89, 2). Quant au poste-frontière de Tjarou, il est constitué par les deux bâtiments qui bordent la voie d’eau, en se faisant face : ils correspondent sur le terrain aux sites archéologiques de Tell Héboua  I et Tell Héboua II, fouillés par une équipe du Service des Antiquités de l’Égypte sous la direction de M. Abd el-Maksoud, et qui étaient localisés de part et d’autre de la lagune littorale dans laquelle se jetait la branche pélusiaque du Nil. L’importance du poste-frontière est montrée par le fait qu’il se situe au centre du registre, alors que dans le reste de la figuration de cette campagne militaire, les forteresses ou villes fortifiées entre Tjarou et Gaza, en particulier les établissements égyptiens du Nord-Sinaï, sont représentées dans les espaces laissés libres entre les figurations du roi combattant.

L’Égypte et la frange nord-est du Delta telle qu’elle devait exister au Nouvel Empire [carte de droite d’après M. BIETAK et al., Taureador Scenes in Tell el-Dab’a, 2007, p. 13, fig. 1]

On voit donc qu’il y a une volonté évidente de la part des imagiers de marquer une rupture, de signifier un changement de catégorie d’espace au sein de la scène pour symboliser la discontinuité dans l’espace réel. La rupture est de plus soulignée par le face à face des personnages : des rangées de captifs du côté oriental de la frontière en symétrie avec des rangées de dignitaires du côté égyptien. Les textes accompagnant la représentation ne laissent d’ailleurs aucun doute quant au statut de frontière de l’endroit :

« Les prêtres, les dignitaires, les gouverneurs de la Haute et de la Basse-Égypte qui sont venus pour applaudir le dieu parfait lorsqu’il est revenu du pays étranger de Retenou. Ils dirent en adorant sa Majesté, en glorifiant sa force : « Sois bienvenu, de retour des pays étrangers » ».

La représentation des frontières est un instrument précieux entre les mains du pouvoir, afin de médiatiser le modèle territorial qu’il met en œuvre, de proposer une vision intégratrice et cohérente qui rend intelligible l’espace. Séthi Ier use ici de cette maîtrise de l’image pour fixer éternellement dans la pierre du temple – véritable univers en miniature, dont les murs extérieurs symbolisent d’ailleurs les frontières du pays – sa vision de l’Égypte et de son organisation spatiale. La représentation est donc employée pour fixer symboliquement une frontière linéaire alors que celle-ci est bien trop complexe, dans sa géographie comme dans sa réalité vécue, pour être ainsi schématisée – la représentation d’autres structures fortifiées laisse d’ailleurs deviner cette complexité. Il y a là une véritable démarche de territorialisation et de prise de possession symbolique de l’espace, d’autant plus importante que la frontière nord-est est le point faible du pays, que les ennemis des Égyptiens sont prêts à franchir à la moindre manifestation de faiblesse du pouvoir central.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *