Série « passer la frontière », ép. 1 : Sinouhé

Nous débutons avec ce billet une série intitulée « passer la frontière ». Il s’agira de proposer des traductions de textes datant de l’antiquité pharaonique à l’époque moderne – nous nous permettrons parfois quelques incursions dans le contemporain – et relatant l’expérience du passage des frontières égyptiennes. Il pourra s’agir de fictions (contes, romans), de documents officiels (textes royaux par exemple), ou encore de témoignages dans des biographies ou autobiographies.

Nous entamons cette série par l’Antiquité, avec le conte de Sinouhé, datant du Moyen Empire (XIIe dyn., vers. 1987-1797 av. J.-C.). C’est l’un des classiques de la littérature égyptienne, qui a été copié par les scribes pendant des siècles. Le héros de l’histoire, un dignitaire de la cour nommé Sinouhé, participe à une expédition militaire à l’ouest du Delta, contre des populations libyennes, avec le fils du roi Amenemhat Ier (v. 1987-1958 av. J.-C.), le futur Sésostris Ier (v. 1958-1913 av. J.-C.), lorsqu’il surprend une conversation relatant la mort du roi, conséquence sans doute d’un assassinat. Prenant peur pour on ne sait quelle raison, il décide de fuir à la faveur de la nuit et de quitter l’Égypte, ce qui est l’occasion du récit de son passage clandestin de la frontière nord-orientale du pays, sur la frange est du Delta, pour gagner le Levant.

Sinouhé parle :
« Ayant ensuite dirigé mes pas vers le nord, j’atteignis les Murs du souverain, qui ont été édifiés pour repousser les Asiatiques, et me tins courbé dans un buisson, de crainte que la sentinelle qui était de service sur le mur ne me vît. M’étant mis en route à la tombée du jour, à l’aube, j’atteignis la contrée de Péten. Puis, m’étant arrêté à une île de Kem-Our, un accès de soif m’assaillit. Déshydraté, la gorge poussiéreuse, je me dis : ‘’Ceci est le goût de la mort !’’. Mais ayant rassemblé mes esprits, de sorte que je me ranimai, j’entendis les beuglements d’un troupeau, puis j’aperçus des Asiatiques, et leur chef, qui avait été une fois en Égypte, me reconnut. Il me donna de l’eau et me fit chauffer du lait, puis je l’accompagnai chez les gens de sa tribu et ce qu’ils firent pour moi fut très bien. »
Le passage de la frontière se fait sans doute ici au niveau du ouadi Toumilat puis des Lacs Amers (Kem-Our). Un dispositif nommé « mur(s) du souverain/prince », dont on ignore la nature exacte (une ou plusieurs forteresses?) avait été édifié à l’entrée de cette route sur ordre d’Amenemhat Ier.
Adopté par un chef levantin, Sinouhé passe une vie très prospère à l’étranger et fonde même une famille. Mais en bon Égyptien, la nostalgie du pays n’est jamais loin. Heureusement, Sésostris Ier, grand prince, pardonne à Sinouhé sa fugue et l’enjoint de regagner la vallée du Nil.
Sinouhé toujours parle :
« On vint chercher cet humble serviteur (Sinouhé) (…) et il se mit en route vers le sud. Ce n’est qu’aux Chemins d’Horus que je fis halte, tandis que le commandant qui s’y trouvait, en charge des patrouilleurs, envoyait message sur message au pays pour informer de mon arrivée.
En conséquence, Sa Majesté (Sésostris Ier) fit venir un chef compétent des paysans du palais royal, à la tête de bateaux chargés de largesses venant directement du roi. Quant aux Asiatiques qui m’avaient escorté pour me conduire jusqu’aux Chemins d’Horus, je présentai chacun par son nom. Toutes sortes d’échansons furent bientôt à leur tâche. Je fis bombance et l’on m’éventa, tandis que la bière était pétrie et filtrée à mon côté, jusqu’à ce que j’eusse atteint le port d’Itou. »

C’est donc cette fois-ci de manière très officielle que Sinouhé repasse la frontière orientale, au niveau du Nord-Sinaï, dans la région appelée « Chemins d’Horus », du nom du dieu-faucon patron de la royauté. Il gagne ensuite Itou, abréviation ici de Ity-Taouy, nom de la nouvelle capitale fondée par Amenemhat Ier, siège de la résidence royale, qui se situait à l’entrée du Fayoum.

Traduction du conte : P. Grandet, Contes de l’Égypte ancienne, Paris, 1998, p. 19, 30-31.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *